2 ans en thailande

18 Mois en Thaïlande : Retour d’expérience.

Si vous lisez mon blog, vous le savez déjà, si j’ai repris les études, c’est dans le but de m’expatrier en Thaïlande. Cet article relate mon expérience là-bas pour que vous puissiez mieux comprendre.

Un point sur le pourquoi du comment :

Je ne vais pas refaire l’histoire ni m’étaler sur mon passé, mais pour faire simple, ma décision de m’envoler pour le monde est principalement due à :

  • 8 ans de travail dans la même entreprise : Pas d’évolution, ennui, crise.
  • Transport en commun anxiogène et l’impression de perdre 2 heures de ma vie tous les jours
  • Situation politique oppressante.
  • Et enfin 7 ans de relation avec la même femme pour aboutir sur une rupture.

Il n’en fallait pas plus pour me décider à casser mon PEE et pour partir explorer de nouvelles contrées.

C’est une ironie pour moi qui n’était pas enclin à sortir de nos frontières et dont le niveau d’anglais se résumait à « Bryan is in the kitchen »

Un plan A qui mène sur un plan B.

Ma première idée fut de me rendre en Nouvelle-Calédonie pour visiter de la famille puis en Nouvelle-Zélande pour y réaliser un Visa Working Holiday avec des amis.

Mais le coût de la vie et du billet d’avion pour la Nouvelle-Calédonie étant très cher, j’ai décidé de m’arrêter 3 mois à mi-chemin pour rendre visite à un ancien collègue de travail qui vivait là-bas avec sa femme thaïlandaise, dans le but d’ajouter une destination à ma carte et de faire quelques économies.

L’idée ne m’enchantait pas plus que ça, car dans ma tête d’ignorant la Thaïlande se résumer à un pays en voie de développement hyper pollué, pourri par la prostitution et les hordes de touristes qui vont se droguer sur les plages les soirs de fullmoon. Ce qui n’est pas faux soit dit en passant.

Mais l’ami que j’ai rejoint là-bas à prit la peine de bien me briefer sur la culture, les règles à respecter, la manière de s’adresser aux gens et à grandement contribué à me faire changer d’avis et à améliorer mon expérience.

Les 3 Premiers mois en Thaïlande.

En tant que bon touriste fraîchement débarqué en short-claquette, j’ai commencé par visiter les « circuits touristiques » : Bangkok, Ayutthaya, Lop Buri, Chiang Mai puis descente vers le sud vers Koh Tao puis un peu plus tard Koh Chang.

Un peu plus à l’Ouest, j’ai également visité Kanchanaburi et plus précisément les 7 cascades d’Erawan.

Imprégnation de la culture en douceur, car pendant ces 3 mois je n’ai cessé d’être accompagné par des amis de passage.

  • Ce qui m’a d’abord marqué, c’est le parc automobile neuf et la modernité des infrastructures à l’exception du réseau électrique.
  • Deuxième point qui m’a marqué, la gentillesse et la politesse des Thaïlandais. Je ne parle pas des travailleurs de nuit de Kaosan ou Soi Nana, mais ceux de tous les jours.
  • Troisième point, l’animation. Bangkok est vraiment une capitale vivante, avec ses vendeurs ambulants, sa street food, son trafic incessant et ses activités nocturnes. La ville ne dort jamais.
  • Quatrième point, les 7/11 ! Ces supérettes sont absolument partout. Vous pouvez en trouver un tous les 15 mètres !
  • Cinquième point la religion et les temples ! Magnifique.
  • Sixième point, c’est bête à dire, mais c’est coloré ! C’est tellement agréable.

Je ne vais pas m’étaler sur le climat chaud et ensoleillé qui sonne pour moi comme une évidence lorsque l’on parle de confort de vie.

J’ai également eu la chance de visiter des endroits (Lieu, bars) dépeuplés d’occidentaux grâce à la femme de mon ami et d’y rencontrer des Thaïs adorables avec qui j’ai pu garder contact.

Les 12 mois d’après : Après l’imprégnation, l’immersion !

Après un bref passage d’un mois en Nouvelle-Calédonie, j’ai renoncé à la Nouvelle-Zélande pour retourner m’installer en Thaïlande plus durablement.

Nous entamons alors avec mon ami et sa femme une colocation dans une maison dans le nord-est de Bangkok vers Raminthra.

J’ai décidé de faire un site internet pour vendre quelques fringues qui m’ont permis de gagner un peu d’argent de poche.

En parallèle, je me suis inscrit dans une école pour apprendre la langue thaïlandaise et obtenir un visa étudiant et d’ouvrir un compte en banque.

Je me suis également trouvé une petite amie thaïlandaise avec qui je suis resté 8 mois.

Je vivais donc avec des Thaïlandais, comme un Thaïlandais. L’apprentissage de la langue m’a radicalement facilité la vie avec les locaux.

Mes meilleurs moments sont sans aucun doute ceux que j’ai pu passer dans la famille de ma petite amie ou chez des amis à la campagne, à Sukhothai ou en Isaan.

J’apprécie particulièrement les marchés de nuits qui sont un vrai lieu de rencontre et de détente pour les Thaïlandais qui peuvent y faire leur shopping.

 

Chiang Mai

Image 1 parmi 48

Chiang Mai

Soyons réalistes, tout n’est pas si parfait au pays du sourire.

Pour contraster cette vision idyllique et pour ne pas vendre une vision complètement fausse de ce que pourrait être la Thaïlande, il est important de souligner quelques points négatifs :

  • Le pays est extrêmement corrompu à toutes les échelles de la société.
  • Il est vrai qu’il y a de la mafia et de la prostitution
  • Les Thaïs sont des menteurs professionnels
  • Tout se passe bien si vous êtes discret et n’entrez pas en affaire avec eux.
  • Économiquement, ils vont droit à la catastrophe.
  • Vous n’êtes potentiellement qu’un distributeur de billets pour eux
  • Le tourisme a un impact négatif sur leur culture
  • Beaucoup d’Occidentaux ne savent pas se comporter correctement

Et quelques désagréments en début de parcours :

  • Angine sur angine due à la climatisation
  • Tourista

Bilan et retour à la réalité

Au final cette expérience fut grandement bénéfique. J’ai découvert de nouvelles personnes, une nouvelle culture, ouvert mon esprit, apprit une nouvelle langue et trouvé un but à ma vie.

Mais vivre en Thaïlande ça à un prix et mon site internet ne me permettait pas de vivre là-bas durablement et légalement. Mais déterminé à rester y vivre, j’ai décidé de rentrer en France temporairement pour reprendre mes études et me donner les moyens de trouver un job dans ce pays ou l’accès à l’emploi pour les étrangers est particulièrement difficile.

Avec un peu de recul, j’aurais profité de mes cours de Thaï pour faire un peu de réseautage avec les Occidentaux présents dans ma classe.